histoire-chanvre-vegetool.jpg

Le Chanvre fait partie des premières plantes cultivées dès l’apparition de l’agriculture au néolithique. Originaire d’Asie centrale, sa répartition s’est ensuite étendue à tous les continents au gré des migrations, de la conquête des territoires et du commerce. 

L’Homme l’utilisait pour ses fibres et ses graines oléagineuses mais aussi pour ses propriétés médicinales et psychoactives.

On retrouve des traces de son usage médicinal en Chine en -2737 av. J.C., dans le Psen Ts’ao, le plus vieux recueil de médecine chinoise, mais également en Egypte en -1500 av. J.C. dans le payrus Eber ou encore chez les Romains comme dans les textes de Pline l’Ancien au Ier siècle ap. J.C.. Dans des ouvrages anciens le Chanvre est nommé « Panaceas », littéralement « tout-guérisseur », en effet il fait partie des plantes les plus anciennement utilisées pour leurs vertus médicinales.

Il s’est répandu en Europe et en Russie vers le VIIe siècle av. J.C. importé par les Scythes, puis dans les Amériques au XVIIe siècle via les Européens qui, en plus de ses utilisations traditionnelles, l’utilisaient pour en faire des tissus (notamment les vêtements royaux), des cordages et les voilures des bateaux.

 

Plus récemment lors des 2 dernières guerres mondiales il fut largement employé pour la confection de vêtements militaires.

Puis en 1937 sa « diabolisation » fut habilement mise en place par le lobbying exercé par les industries du nylon et du bois papier sur le gouvernement américain pour aboutir au Majiuana Tax Act. Campagne visant à ne présenter cette culture que par son caractère narcotique à coup de slogans chocs et alarmistes, effaçant ses véritables atouts tout en la relayant au simple rang de « plante drogue ».

 

Retiré de la pharmacopée Française en 1953, cela n’a pas empêché la France de faire partie des rares pays à n’avoir jamais cessé de produire du Chanvre sur ses terres, même si les surfaces ont considérablement diminué au XXe siècle.

La culture du Chanvre connait son apogée en France au XIXe siècle avec 176 000 ha, ces surfaces vont peu à peu diminuer pour atteindre 700 ha en 1960 avant de connaître une nouvelle expansion à partir des années 1970, notamment pour les débouchés alimentaires, textiles et papiers. 

 

Mais c’est à partir des années 2000 que les surfaces cultivées vont connaitre à nouveau une réelle constante croissance en France avec 8 000 ha, puis 16 400 ha en 2017. Cela est en partie dû à la diversification des débouchés : alimentation, cosmétique, textile, papier, matériaux de constructions, matériaux bio-composites et bio-sourcés, protection des cultures, litières animales.

Cette progression des surfaces est également constatée en Europe, mais la France reste le 1er producteur Européen de Chanvre comme le traduisent les chiffres des surfaces ensemencées en Chanvre, 2016 : 25 000 ha en Europe dont 15 000 ha en France, 2017 : 33 000 ha en Europe dont 16 400 ha en France.

 

De nos jours, avec un modèle agricole en pleine transition vers le « consommer local » et le respect de l’environnement et de la biodiversité, additionné à l’évolution des régimes alimentaire et la nécessité de se tourner vers des ressources renouvelables, le Chanvre se voit une place toute (re)trouvée pour tendre vers ce modèle éco-responsable.

 

 

Le saviez-vous ?

Le Bouddha aurait médité ses 3 dernières années avec pour seule source de nourriture une seule graine de Chanvre par jour.

Le mot canevas désignant une grosse toile qui sert de support pour les tapisseries à l’aiguille vient du mot cannabis.

Le mot canebière désignant un champ où l’on cultive le Chanvre vient du mot cannabis, Marseille faisait partie des plus grands comptoirs de Chanvre au monde notamment pour la fabrication et le commerce d’élingues et de cordage.

Le Chanvre était un composant essentiel des lampes à huile romaine, en effet, elles fonctionnaient avec une mèche de filasse (sous-produit du travail de la fibre de Chanvre) incandescente baignant dans l'huile de Chanvre, que l’on allumait avec un luquet (allumette en Chanvre).

Les fibres du Chanvre ont longtemps été utilisées pour fabriquer les billets de banque.

La première Bible imprimée par Gutenberg le fut sur papier Chanvre.

La constitution américaine fut préparée sur du papier Chanvre.

Vincent van Gogh peignait sur des toiles de Chanvre.

Lors de la 2e guerre mondiale, l’ensemble de l’acier étant réquisitionné pour l’industrie militaire, Henri Ford sorti un modèle de voiture avec une carrosserie en bioplastique de Chanvre roulant au bioéthanol de Chanvre. Ce modèle présentait des performances supérieures aux modèles en acier de l’époque. M. Ford crut un temps que ce modèle incarnerait le futur de l’automobile, mais ce projet fut abandonné à la fin du conflit sous la pression des industries de l’acier.

Le chanvre possède une capacité à décontaminer les sols pollués par les métaux lourds et/ou par la radioactivité, il est de ce fait employé en phytodépollution. Il fut utilisé à Tchernobyl pour neutraliser le Césium, le Strontium et le Plutonium. Plus classiquement on l’utilise pour dépolluer des zones industrielles contaminées par les métaux lourds ou dans les vignes pour exporter le cuivre en excès dans le sol.