SEC : Système endocannabinoïde

SEC : Système endocannabinoïde

Article mis à jour le 11/01/24

 

Découverte du SEC :

La découverte du système endocannabinoïde (SEC) est le résultat de recherches menées sur plusieurs années. Le terme "endocannabinoïde" a été proposé pour la première fois en 1992 par les chercheurs William A. Devane, Lumír Hanuš, et Raphael Mechoulam.

La découverte du SEC a été un processus progressif impliquant plusieurs étapes clés :

- Identification des récepteurs cannabinoïdes : Dans les années 1980, des chercheurs ont commencé à identifier et à isoler les récepteurs cellulaires qui répondaient spécifiquement aux cannabinoïdes, notamment le CBD et le THC. Ces récepteurs ont été appelés les récepteurs CB1 et CB2. Le CB1 est principalement présent dans le cerveau, tandis que le CB2 est principalement associé au système immunitaire.

- Recherche des ligands endogènes : À la suite de l'identification des récepteurs cannabinoïdes, les scientifiques ont commencé à chercher les composés naturels produits par le corps (ligands endogènes) qui interagiraient avec ces récepteurs. Cela a conduit à la découverte du premier endocannabinoïde, l'anandamide, en 1992.

- Isolation de l'anandamide : En 1992, les chercheurs William A. Devane, Lumír Hanuš, et Raphael Mechoulam ont réussi à isoler l'anandamide, un composé chimique endogène qui se lie aux récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau. L'anandamide tire son nom du mot sanskrit "ananda", qui signifie béatitude ou félicité.

- Découverte d'autres endocannabinoïdes : Peu de temps après la découverte de l'anandamide, un autre endocannabinoïde important, le 2-arachidonoylglycérol (2-AG), a été identifié.

- Élaboration du concept du système endocannabinoïde : Avec la découverte des récepteurs cannabinoïdes et de leurs ligands endogènes, les scientifiques ont établi le concept du système endocannabinoïde. Celui-ci comprend les récepteurs, les endocannabinoïdes et les enzymes responsables de la synthèse et de la dégradation de ces composés.

Ces découvertes ont ouvert la voie à une compréhension plus approfondie du rôle du système endocannabinoïde dans la régulation de divers processus physiologiques et ont également jeté les bases pour la recherche sur les applications thérapeutiques potentielles des cannabinoïdes.

 

Rôle du SEC :

Le système endocannabinoïde (SEC) est un système complexe de signalisation cellulaire présent chez les mammifères, y compris les humains.

Il joue un rôle crucial dans la régulation de divers processus physiologiques tels que le sommeil, l'appétit, l'humeur, le système immunitaire, la reproduction, la mémoire, et la sensation de douleur. Il est donc impliqué dans la régulation de l'homéostasie, contribuant à maintenir l'équilibre interne malgré les changements environnementaux.

Le système endocannabinoïde tire son nom des cannabinoïdes, des composés chimiques actifs présents dans le cannabis (CBD et THC), qui ont été les premiers à être étudiés.

Les fonctions du SEC sont diverses et touchent de nombreux systèmes physiologiques.

Voici quelques-unes des fonctions clés du système endocannabinoïde :

- Régulation du système nerveux central : Le SEC joue un rôle crucial dans la régulation du système nerveux central, notamment dans la modulation de la neurotransmission et de la plasticité synaptique. Il est impliqué dans des processus tels que la régulation de l'humeur, du sommeil, de l'apprentissage et de la mémoire.

- Contrôle de la réponse au stress : Le SEC participe à la réponse au stress en influençant les niveaux de certaines hormones, notamment le cortisol. Il peut moduler la perception du stress et contribuer à la résilience face aux stress psychologiques.

- Modulation de la réponse immunitaire : Le SEC joue un rôle dans la régulation du système immunitaire. Les récepteurs cannabinoïdes CB2, présents principalement dans les cellules immunitaires, interviennent dans la modulation de la réponse inflammatoire et de la fonction immunitaire.

- Contrôle de l'appétit et du métabolisme : Le SEC est impliqué dans la régulation de l'appétit et du métabolisme. Il influence la sensation de faim et de satiété, ainsi que le stockage des graisses.

- Régulation de la douleur : Le SEC participe à la modulation de la sensation de douleur. Les récepteurs cannabinoïdes CB1 sont présents dans le système nerveux central et sont impliqués dans la régulation de la perception de la douleur.

- Participation à la reproduction : Le SEC est également actif dans le système reproducteur, influençant des processus tels que la fertilisation, l'implantation de l'embryon et le développement du fœtus.

- Maintien de l'équilibre énergétique : Le SEC régule divers aspects du métabolisme énergétique, y compris le stockage et la dépense d'énergie.

 

Fonctionnement du SEC :

Le système endocannabinoïde (SEC) fonctionne en régulant divers processus physiologiques dans le corps, contribuant à maintenir l'homéostasie. Les principales composantes du SEC sont les endocannabinoïdes, les récepteurs cannabinoïdes et les enzymes de dégradation.

Voici une brève explication de son fonctionnement :

- Synthèse des endocannabinoïdes : Les endocannabinoïdes, tels que l'anandamide et le 2-arachidonoylglycérol (2-AG), sont synthétisés dans le corps en réponse à divers stimuli physiologiques. Ces molécules sont produites "à la demande" et agissent comme des médiateurs dans le système endocannabinoïde.

- Activation des récepteurs : Les endocannabinoïdes se lient aux récepteurs cannabinoïdes présents dans tout le corps. Il existe deux principaux types de récepteurs : CB1, principalement présents dans le système nerveux central, et CB2, présents principalement dans les cellules du système immunitaire et les tissus périphériques. Lorsque les endocannabinoïdes se lient à ces récepteurs, ils activent des réponses cellulaires spécifiques.

- Modulation des fonctions cellulaires : L'activation des récepteurs cannabinoïdes modifie l'activité cellulaire en influençant la libération de neurotransmetteurs, en régulant la perméabilité des canaux ioniques, et en affectant d'autres processus intracellulaires. Par exemple, dans le cerveau, le SEC peut influencer la libération de neurotransmetteurs tels que la dopamine et le glutamate.

- Dégradation des endocannabinoïdes : Une fois que les endocannabinoïdes ont accompli leur fonction, ils sont dégradés par des enzymes spécifiques. La FAAH (fatty acid amide hydrolase) décompose l'anandamide, tandis que la MAGL (monoacylglycerol lipase) décompose le 2-AG.

- Rétablissement de l'équilibre : Le SEC agit comme un système de rétroaction négative, contribuant à rétablir l'équilibre dans le corps. Une fois que les endocannabinoïdes ont agi sur leurs récepteurs et que leur action n'est plus nécessaire, ils sont décomposés pour éviter une surstimulation.

 

Les différents cannabinoïdes :

Il existe trois principales classes de cannabinoïdes :

Endocannabinoïdes :

Les endocannabinoïdes sont des substances chimiques produites naturellement par le corps qui activent ces récepteurs. Les deux principaux endocannabinoïdes sont l'anandamide et le 2-arachidonoylglycérol (2-AG). Ces molécules sont synthétisées dans le corps en réponse à divers stimuli physiologiques.

Phytocannabinoïdes :

Les phytocannabinoïdes sont des composés chimiques présents naturellement dans les plantes et notamment le chanvre (Cannabis sativa L.), leur source est donc externe au corps humain. Ces composés interagissent avec le système endocannabinoïde du corps humain et d'autres mammifères, produisant divers effets physiologiques. Les deux principaux phytocannabinoïdes bien étudiés sont le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Cependant, il existe de nombreux autres phytocannabinoïdes dans les plantes, dont le chanvre (CBG, CBN, CBC, THCV, CBL,…), bien que leur étude soit moins avancée.

Cannabinoïdes synthétiques :

Conçus en laboratoire pour imiter les effets des cannabinoïdes naturels, souvent utilisés à des fins de recherche, mais certains peuvent avoir des effets indésirables.

 

Les récepteurs cannabinoïdes :

Les récepteurs cannabinoïdes sont des protéines cellulaires qui réagissent aux cannabinoïdes, des composés chimiques naturels présents dans le chanvre (phytocannabinoïdes), ainsi que dans le corps humain (endocannabinoïdes). Ces récepteurs jouent un rôle central dans le fonctionnement du système endocannabinoïde, qui est impliqué dans la régulation de divers processus physiologiques.

Les deux principaux types de récepteurs cannabinoïdes sont les récepteurs CB1 et CB2.

Récepteurs CB1 :

Localisation : Principalement présents dans le système nerveux central, y compris le cerveau et la moelle épinière.

Fonctions : Rôle dans la régulation de la neurotransmission, de la modulation de la douleur, de l'humeur, de la mémoire, de l'apprentissage et du contrôle moteur.

Récepteurs CB2 :

Localisation : Principalement présents dans les cellules du système immunitaire, les tissus périphériques et les organes liés à l'immunité.

Fonctions : Rôle dans la régulation de la réponse immunitaire, de l'inflammation et de la protection des cellules contre les dommages.

Récepteurs GPR55 et GPR18 :

Bien que moins bien compris que les récepteurs CB1 et CB2, ces récepteurs interagissent également avec les cannabinoïdes.

GPR55 : Rôle dans la régulation de la pression artérielle, la régulation osseuse et la prolifération cellulaire.

GPR18 : Implication dans la régulation de la signalisation des lipides et influence sur la réponse immunitaire.

 

Action du CBD sur le SEC :

Le cannabidiol (CBD) interagit avec le système endocannabinoïde (SEC) en modulant les récepteurs cannabinoïdes, principalement les récepteurs CB1 et CB2, mais de manière indirecte. Contrairement au tétrahydrocannabinol (THC), un autre cannabinoïde, le CBD ne se lie pas directement à ces récepteurs. Au lieu de cela, il exerce ses effets par plusieurs mécanismes qui influent sur le fonctionnement global du SEC.

Voici quelques-unes des façons dont le CBD agit avec le système endocannabinoïde :

- Modulation des récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) : Bien que le CBD n'ait pas une affinité élevée pour les récepteurs CB1 et CB2, il peut agir comme un modulateur allostérique, ce qui signifie qu'il peut modifier la forme des récepteurs et influencer leur activité. Cela peut avoir des effets de régulation sur la manière dont les endocannabinoïdes se lient et activent ces récepteurs.

- Inhibition des enzymes de dégradation : Le CBD peut inhiber certaines enzymes qui dégradent les endocannabinoïdes, notamment la FAAH (fatty acid amide hydrolase) qui décompose l'anandamide. En bloquant cette dégradation, le CBD peut augmenter les niveaux d'anandamide dans le corps, prolongeant ainsi son action.

- Activation de récepteurs non-cannabinoïdes : Le CBD interagit avec d'autres récepteurs non-cannabinoïdes, tels que les récepteurs de sérotonine (5-HT1A), qui sont impliqués dans la régulation de l'humeur et du stress. Cette interaction contribue aux effets anxiolytiques et antidépresseurs observés chez certains utilisateurs de CBD.

- Influence sur d'autres systèmes de signalisation : Le CBD peut influencer d'autres systèmes de signalisation, tels que les récepteurs vanilloïdes de type 1 (TRPV1) impliqués dans la perception de la douleur et la régulation de la température corporelle.

- Modulation de la libération de neurotransmetteurs : Le CBD peut influencer la libération de neurotransmetteurs, notamment en modulant la recapture d'adénosine et en agissant sur les récepteurs adénosiniques, ce qui peut avoir des effets sur la vigilance et la qualité du sommeil.

- Effets anti-inflammatoires et neuroprotecteurs : Le CBD a démontré des effets anti-inflammatoires et neuroprotecteurs, qui peuvent être liés à ses interactions avec les récepteurs cannabinoïdes et d'autres cibles.

 

Conclusion :

La découverte du système endocannabinoïde a ouvert de nouvelles perspectives de recherche et a suscité un intérêt considérable dans le domaine médical en raison de son implication dans de nombreuses fonctions biologiques.

Il est important de noter que la compréhension précise des mécanismes d'action du CBD dans le SEC est encore en cours de recherche, et de nouvelles découvertes sont régulièrement publiées. Les effets du CBD peuvent également dépendre du contexte et de la présence d'autres composés dans le chanvre.

 

 

Bibliographie :

- Devane, W. A., Hanus, L., Breuer, A., Pertwee, R. G., Stevenson, L. A., Griffin, G., ... & Mechoulam, R. (1992). Isolation and structure of a brain constituent that binds to the cannabinoid receptor. Science, 258(5090), 1946-1949.

- Mechoulam, R., Fride, E., Di Marzo, V. (1998). Endocannabinoids. European Journal of Pharmacology, 359(1), 1-18.

- Howlett, A. C., Barth, F., Bonner, T. I., Cabral, G., Casellas, P., Devane, W. A., ... & Felder, C. C. (2002). International Union of Pharmacology. XXVII. Classification of cannabinoid receptors. Pharmacological Reviews, 54(2), 161-202.

- Pertwee, R. G. (2006). Cannabinoid pharmacology: the first 66 years. British Journal of Pharmacology, 147(S1), S163-S171.

- Di Marzo, V., & De Petrocellis, L. (2010). Endocannabinoids as regulators of transient receptor potential (TRP) channels: a further opportunity to develop new endocannabinoid-based therapeutic drugs. Current medicinal chemistry, 17(14), 1430-1449.

- Pertwee, R. G. (2008). The diverse CB1 and CB2 receptor pharmacology of three plant cannabinoids: Δ9-tetrahydrocannabinol, cannabidiol and Δ9-tetrahydrocannabivarin. British Journal of Pharmacology, 153(2), 199-215.

- Campos, A. C., Moreira, F. A., Gomes, F. V., Del Bel, E. A., & Guimarães, F. S. (2012). Multiple mechanisms involved in the large-spectrum therapeutic potential of cannabidiol in psychiatric disorders. Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, 367(1607), 3364-3378.

- De Petrocellis, L., Ligresti, A., Moriello, A. S., Allarà, M., Bisogno, T., Petrosino, S., ... & Di Marzo, V. (2011). Effects of cannabinoids and cannabinoid-enriched Cannabis extracts on TRP channels and endocannabinoid metabolic enzymes. British Journal of Pharmacology, 163(7), 1479-1494.

- Russo, E. B. (2011). Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid‐terpenoid entourage effects. British Journal of Pharmacology, 163(7), 1344-1364.

- Iuvone, T., Esposito, G., De Filippis, D., Scuderi, C., & Steardo, L. (2009). Cannabidiol: A promising drug for neurodegenerative disorders?. CNS Neuroscience & Therapeutics, 15(1), 65-75.

- Kathmann, M., Flau, K., Redmer, A., Tränkle, C., & Schlicker, E. (2006). Cannabidiol is an allosteric modulator at mu-and delta-opioid receptors. Naunyn-Schmiedeberg's Archives of Pharmacology, 372(5), 354-361.

- Pacher, P., Batkai, S., & Kunos, G. (2006). The endocannabinoid system as an emerging target of pharmacotherapy. Pharmacological reviews, 58(3), 389-462.

- Di Marzo, V., & Piscitelli, F. (2015). The endocannabinoid system and its modulation by phytocannabinoids. Neurotherapeutics, 12(4), 692-698.

- Mackie, K. (2006). Cannabinoid receptors as therapeutic targets. Annual review of pharmacology and toxicology, 46, 101-122.

- Mechoulam, R., Parker, L. A., & Gallily, R. (2002). Cannabidiol: an overview of some pharmacological aspects. Journal of clinical pharmacology, 42(S1), 11S-19S.

- Matsuda, L. A., Lolait, S. J., Brownstein, M. J., Young, A. C., & Bonner, T. I. (1990). Structure of a cannabinoid receptor and functional expression of the cloned cDNA. Nature, 346(6284), 561-564.

- Munro, S., Thomas, K. L., & Abu-Shaar, M. (1993). Molecular characterization of a peripheral receptor for cannabinoids. Nature, 365(6441), 61-65.

- Ryberg, E., Larsson, N., Sjögren, S., Hjorth, S., Hermansson, N. O., Leonova, J., ... & Greasley, P. J. (2007). The orphan receptor GPR55 is a novel cannabinoid receptor. British Journal of Pharmacology, 152(7), 1092-1101.

- Di Marzo, V., Bifulco, M., & De Petrocellis, L. (2004). The endocannabinoid system and its therapeutic exploitation. Nature Reviews Drug Discovery, 3(9), 771-784.

- Harkany, T., Guzmán, M., Galve-Roperh, I., Berghuis, P., Devi, L. A., Mackie, K., ... & Bradshaw, H. B. (2007). The emerging functions of endocannabinoid signaling during CNS development. Trends in Pharmacological Sciences, 28(2), 83-92.